Combien de fois 4 ans

Aller en bas

Combien de fois 4 ans

Message  scumgrrrl le Sam 12 Déc 2009 - 16:16

C'est blog personnel que j'anime et qui a pour but la publication et diffusion de textes (et autres) sur les violences sexistes et les viols en milieu punk/alterno/militant de gauche/LGBT. Il y a des textes et des brochures dans plusieurs langues (italien, espagnol castillan, anglais, portugais, etc)
Dans ce blog il y a aussi des textes qui abordent la question des discriminations ou des violences reproduites dans les milieux féministes ou LGBT (violences conjugales, racisme, transphobie, etc).
http://combiendefois4ans.blogspot.com
avatar
scumgrrrl

Messages : 96
Date d'inscription : 09/12/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Combien de fois 4 ans

Message  scumgrrrl le Dim 10 Jan 2010 - 20:55

j'ai mis ce texte (qui date il me semble de 2005) sur les rapports de classe dans les milieu militants sur le blog "combien de fois 4 ans"; ce blog est, je le rappelle, est une sorte de recueil de textes produits par des militant-e-s féministes, anarchistes pour beaucoup (mais pas tou-te-s), sur les violences sexistes et sexuelles perpétrées dans les milieux de gauche et d'extrème gauche, les milieux anars, syndicaux, les squats, les milieux punk, lgbt, etc.
Par extension, j'ai compilé aussi les textes écrits par des féministes qui abordent les questions des discriminations au sein des mouvements militants (les mêmes que ceux cités plus haut, ainsi que les milieux féministes et lgbt) : racisme, transphobie, oppression de classe.

QUESTIONNAIRE SUR LES RAPPORTS DE CLASSE,
ou comment il y a encore des marxistes parmi nous...

Dans nos milieux militants, nous discourons sur moultes oppressions, mais il y a souvent des silences gênés sur les questions de classe, comme si partager la même cuisine ou les expulsions nous rendait égaux-gales. Il est vrai que la situation n'est plus la même qu'il y a 100 ans, il n'y plus deux classes (bourgeois/ouvriers), n'empêche que nous n'avons pas le même « background » et les même avantages. Non, les classes n'ont pas été abolies, elles ont juste été démultipliées. Nous nous sommes déjà senties oppressées sur ces questions, nous avons eu envie à plusieurs reprises d'écrire des jolis textes, mais nous n'y sommes jamais arrivées. Du coup, pour nous faire ce questionnaire nous permet d'exprimer des malaises. On n'attend pas à ce que les gens se justifient, il est possible de ne pas répondre à des questions, nous ne voulons pas faire de statistiques (sauf une: ٱ tes parents sont-ils profs?), mais pousser à la réflexion et à la remise en question. Nous n'avons pas de projets précis sur l'utilisation de questionnaire, cependant nous ne voulons pas à priori faire de brochures, ni clamer à la terre entiére que les squatteureuses sont des bourgeoisES. Par contre, il pourrait par exemple servir de support pour des futures discussions intersquats. Si certaines questions t'agressent, penses aux humiliations subies quotidiennement (ou celles que tu peux génerer) par les gens qui n'ont pas tes priviléges (on a touTEs des priviléges, par ex des papiers).

1-Quels sont tes revenus? -actuels -anciens/quels types de travail as-tu fait?

2-Quelle est la profession de tes parents? Dans quelle classe social les siturais-tu? -haute bourgeoisie -bourgeoisie -middle classe aisée-cultivée -middle classe prol -prolétariat/sous-prolétariat -autres

3-Existe-t'il une grande différence de classe entre tes grand-parents et tes parents?

4-Quel rapport entretients-tu avec tes parents?

5-Quel rapport entretenais-tu avec eux plus jeune?

6-Hériteras-tu ou as-tu déjà hérité? (es-tu un « bon parti »?)

7-Tes parents te soutiennent-ils financiérement? Ou alors le peuvent-ils ou le veulent-ils?

8-Combien de livres avaient tes parents dans leur bibliotéque?

9-As-tu ton bac?

10-As-tu d'autres diplômes/qualifications?

11-Jusqu'où es-tu alléE dans les études?

12-Quels type d'emplois te permettent-elles d'exercer?

13-Si tu les as arrêtées, pourquoi? -choix politiques -problémes d'argent -autres

14-Comptes-tu reprendre des études plus tard? Pourquoi?

15-Comment t'imagines-tu dans dix ans?

16-Que penses-tu du RMI? -pour toi -en général

17-Pourquoi squattes-tu ou es-tu proche du milieu squat-militant? -probléme d'argent -choix politique -autres

18-Comment as-tu pris contact avec le milieu squat?

19-Comment ta famille le prend-elle?

20-Si tu prends un logement (payant), comment le financeras-tu? -travail -parents -aides sociales -autres

21-Comment vis-tu le fait de vivre en squat/collectivité?

22-Comment mettrais-tu/mets-tu en place des expériences communistes?

23-Quels défauts ont-elles?

24-Quelles frustrations te procurent-elles ou vois-tu chez les autres?

25-Quel est ton rapport à tes propriétés face au collectif?

26-Si tu as un permis, comment l'as-tu financé? Si tu as un véhicule, comment l'as-tu financé (assurance, frais divers)?

27-As-tu des projets collectifs futurs qui ont un coût et comment comptes-tu les financer?

28-As-tu des économies? -d'ou viennent elles? -que veux-tu en faire?

29-As-tu des problèmes avec les banques?

30-As-tu déjà subi des humiliations dû à l'argent?

31-Quels sont tes rapports à l'argent?

32-Vois-tu des inégalités financiéres et culturels dans ton environnement?

33-Comment y réagis-tu? -autruche -réflexion -autres

34-Considéres-tu subir des inégalités de types financiers/culturels?

35-Penses-tu en produire?

36-Te considéres-tu solidaire des gens en galére? Quels types de solidarité développes-tu?

37-Penses-tu que des gens seuls puissent impulser une remise en question de l'argent?

38-T'es-tu déjà sentiE agacéE par la remise en question, de la part d'autres individuE, de la gestion financiére de ton collectif?

39-Que penses-tu du vol? Le pratiques-tu? Pourquoi? Pourquoi pas?

40-Qu'est-ce qui t'as amené à cette pratique?

41-Pratiques-tu l'illégalité? Dans quelles limites? Pourquoi?

42-Penses-tu que le prix libre et les cotisations sauveront le monde?

43-Répondre à ces questions, ou ne pas, t'as t'il posé des problèmes? Comment l'expliques-tu?

QUESTIONNAIRE A RENDRE A *** OU """, ANONYMEMENT OU PAS

PS1:ce questionnaire contient sûrement des fautes parce que les morues qui l'ont fait, et ben elles ont même pas le bac...
PS2:si tu as des questions ou autres, n'hésites pas, nous ne mordons que rarement...
avatar
scumgrrrl

Messages : 96
Date d'inscription : 09/12/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

re:combien de fois 4 ans?réponse au questionnaire.

Message  Jacob le Mar 12 Jan 2010 - 21:15

1)pas de rvs une bourse sur critères sociaux n'est pas considérée comme un revenu.Travail effectué:manoeuvre maçonnerie ,ouvrier agricole ,manutentionnaire.
2)oppréssés/ le système car boulots précaires atrmt chômage,sous-prolétariat
3)non eux aussi prolétaires.
4)rppt de solidarité
5)rppt amicaux
6)vu comme ça pas "bon parti"
7)le veulent vrmt ms pvnt pas
8)quelle bblthq il y en a pas!!!!!
9)oui un bac L
10)euh qlfcts spplmntrs:agir en collectivité pr une meilleure société ,rspct mutuel ,être en harmonie avec la nature ,...
11)études unvrstrs ms vrmnt c'était pas gagné même en workant en-dhrs des études nv financier
12)boulots précaires pion avc un peu de chance
15)ben entre temps on aura fait la révolution dc tt ira mieux!!!!la solidarité sera revenue super chouette!!!si c'est pas le cas ben heureux ms au bord du gouffre et sans W!!!!!
16)c'est un moyen comme un autre d'être dépendant de l'état bourgeois dc c'est pas ça qui réglera les blems de notre société
20)aides scls et work pdt les vacances
21)très bien partage des taches tt le monde à égalité frnchmnt c'est bcp mieux que l'individualisme!!!!!
22)autogestion avc des gens responsables ça commence/ le milieu associatif +coup de mains sans ? d'argent derrière jst prêter main forte /solidarité
23)détruisent pas assez encore ts les préjugés émis /le système!!nécessité de renforcer ces expériences!!!!responsabilisent pas assez ts les camarades
24)une seule frustration c'est que la société change très lntmnt et on n'arrive pas à faire prendre conscience à ts le monde de la nécessité d'une société idéale cr les gens st trp manipulés/ le système capitaliste ils n'arrivent plus à penser autrement!!!
25)je me contente de peu la plupart des choses que j'ai me st prêtés/ solidarité et le reste ben gnrlmnt je le partage avc les camarades
26)ai pas pu finir nv argent le permis c'est moi qui est essayé de le financer en workant en parallèle du lycée cr mes parents ne pouvaient pas me le payer et ne le pourrai pas+ actuellement. D'un crtn côté c'est mieux que j'ai pas le permis c'est mieux pour l'environnement
27)dans l'idéal les projets collectifs devraient se faire sans? d'argent voilà prq je dis que le blem principal c'est qu'on est encore trp connecté au système actuel
28)déjà de quoi subsister et après de quoi soutenir les camarades si besoin est.prvnnnt du W.
29)oui cr symbole de notre état corrompu à donf!!!!!
30)oui évidemment/ des bourgeois qui se croient sup aux autres
31)moins je l'utilise mieux je me porte préfère le troc à ça même si malheureusement j'ai pas trop l'occas de le faire
32)oui malheureusement ts les jours que ce soit impérialiste ,sexiste ou capitaliste!!!!!
33)réflexion cr la violence ne résout rien même si c'est révoltant de voir d choses pareilles!!!!!
34)en subir oui déjà/ les bourgeois qui ne te considère pas comme une pers ms le pire c'est au sein même de ta classe sociale de prolétaire que le même schéma se reproduit ms à une échelle réduite!!
35)pas à ma connaissance
36)oui car suis humain avnt tt et je fais ce que je peux(participation à d soirées de soutien/ ex ,don alimentaire aux assoc de collectes de solidarité car je préfère sauter un repas plutôt que de me dire qu'il y a d pers qui ne comer pas du tt faute 2 moyens!!!!!)
37)ça dépend quel formatage ils ont subi étant petit et srtt à quel degré de réflexion ils ont réussi à parvenir eux-mêmes
39)tout dépend si c'est pr emmerder la bourgeoisie et les F.M.I autant le faire. Autrement non préfère l'honnêteté!!!
41)oui:désobéissance civile cr pr moi la loi est très injuste et très mal faite et il y a / ex des comportements innaceptables portant atteinte à la dignité humaine à "réprimer" 2 la part 2 Monsanto ,Syngenta ,Novartis ,Pionner ,...,et j'en passe et d meilleurs!!!!!!!
42)non c juste un compromis entre notre société actuelle et une société idéale dc comme j'ai dis auprvnt l'idéal serait qu'aussi ds les actes on raisonne sans argent cr pr le mmnt en faisant comme cela on est prisonnier 2 ce système libéral 2 merde!!!!!!!!
43)non aucun blem cr j'ai déjà moi-même réfléchi à tt ça et n'arrête pas 2 me remettre en ? pr savoir si je ne dévie pas 2 mon chemin que je me suis tracé!!!!!!

Jacob

Messages : 1
Date d'inscription : 12/01/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Combien de fois 4 ans

Message  scumgrrrl le Ven 21 Jan 2011 - 13:30

texte des Panthères Roses de Paris
http://www.pantheresroses.org/Comment-lutter-contre-les.html

Comment lutter contre les violences et leurs conséquences dans les milieux féministes par une prise en charge collective ?

Parler de la violence en milieu militant génère immanquablement des réactions de rejet, des prises de position opposées et des attaques sur la méthode, les personnes et / ou les collectifs concernées. Selon certaines personnes, les violences considérées comme privées devraient rester dans le cadre privé. C’est la méthode employée dans le cadre familial pour étouffer la parole des personnes violentées et le meilleur moyen de ne pas remettre en question la structure qui admet ou légitime la violence.

Ce texte doit permettre aux Panthères roses de réagir lorsqu’elles sont saisiEs par une personne dénonçant des violences commises entre individuEs dans les milieux militants, précisément dans le cas de violences qui rendent le partage des espaces militants nécessaire.

Cette réflexion s’inspire et s’inscrit dans la lignée des travaux produits par d’autres collectifs féministes (cf. bibliographie ci-dessous).
Une démarche féministe

La dénonciation des violences et la lutte contre celles-ci est un volet du combat féministe au même titre que les actions et réflexions menées sur le genre, le travail, les discriminations et les oppressions. Ce combat s’inscrit dans la conviction que le privé est politique ce qui induit de refuser la privatisation de ces questions en les renvoyant dans le champ individuel. L’attention, l’interrogation et le traitement collectifs des dysfonctionnements internes à nos mouvements est un héritage du mouvement féministe.

Nous sommes conscientEs que les violences peuvent s’exercer au sein même de nos courants politiques et ne sont pas que le fait d’hommes extérieurs. Nous dénonçons la croyance qui a parfois cours que les femmes ne seraient que victimes du sexisme et incapables de produire ou d’en relayer les violences. Nous partons du principe que les personnes désignées comme violentes ne sont pas des monstres à ostraciser, mais le produit d’une société qui se structure par la violence.

Nous remettons en cause le principe d’égalité entre les personnes qui renvoie agresseurEs et agresséEs aux mêmes responsabilités et qui induit la participation des agresséEs dans le déclenchement des violences pour en minimiser la portée.
Approche

Les moyens que nous cherchons à mettre en place visent à :

* Eviter l’auto-exclusion des agresséEs des espaces militants lorsqu’elLEs ne souhaitent pas être en présence de leurs agresseurEs. Sans médiation, le partage des espaces se fait toujours au bénéfice de l’agresseurE.
* Permettre aux agresséEs de parler en confiance des violences. Pour combler les doutes et les remises en question qu’on observe fréquemment dans le processus d’acceptation de la situation d’avoir été agresséE. La prise de conscience et la révélation d’une violence prennent du temps donc il faut faciliter la prise de parole par une situation de confiance qui permet de dépasser le tabou.
* Les assurer qu’elLEs ne sont pas en faute dans le déclenchement des violences. Les violences entrainent des sentiments de honte et de culpabilité contre lesquels il faut lutter.
* Leurs donner les moyens de décider dans le collectif des suites à donner.
* Rendre visible et conscient dans le milieu féministe que les violences peuvent exister en son sein. Ainsi les personnes qui les vivent perçoivent qu’au delà d’une histoire personnelle il s’agit d’une question structurelle. Cette question doit être traitée politiquement et collectivement.
* Eviter l’ostracisation des agresseurEs. Par exemple, une médiation peut viser à mettre en place un partage des espaces défini par l’agresséE, l’agresseurE et des tiers. On cherche à permettre aux agresséEs comme aux agresseurEs de garder un espace pour militer et se socialiser plutôt que de créer des groupes antagonistes, inefficaces dans la gestion de ces situations.
* Bannir la violence dans nos milieux. Nos violence doivent être conscientes et travaillées afin de les diriger vers des ennemis politiques réels.

Comment

Pour mener à bien ces objectifs nous faisons attention à maintenir une démarche collective dans laquelle nous visons le même consensus que pour les autres actions.

Afin de ne pas exposer les personnes impliquées à des attaques personnelles, nous souhaitons maintenir leur anonymat. De plus, nous sommes conscientEs qu’une personnalisation reporte l’attention vers les individus au détriment de l’élaboration d’une solution.

Nous ne nous autorisons pas à juger quiconque, ni les agresseurEs, ni les agresséEs.

Nous prenons en compte les difficultés que les agresséEs peuvent rencontrer pour s’exprimer et nous écoutons ce qu’elLEs veulent dire.

Nous n’exigeons aucune explication ou preuve autre que ce qu’elLEs décident de dire.

Nous n’avons pas d’exigence sur l’attitude des agresséEs (il n’existe aucune « bonne » attitude), dans la limite d’exercer à son tour la violence.

Nous visons à créer un espace de confiance qui permet de ne pas mettre en question ce que dit l’agresséE.

Nous cherchons ensemble les actions à mettre en place en veillant à ce qu’elles soient supportables et assumées pour les agresséEs, les agresseurEs et le collectif.

Nous ne souhaitons pas de condamnation, nous travaillons en faveur de l’agresséE, pas en défaveur de l’agresseurE.

La recherche de médiation est un outil qui peut être utilisé pour faire prendre conscience à l’agresseurE de ce qu’il s’est passé et trouver les modalités qui permettront à l’agresséE d’évoluer sereinement dans les espaces militants.

En cas d’échec ou de refus de la médiation, en cas de non respect de l’accord de la médiation, le seul outil à notre disposition est la mise à l’écart temporaire de l’agresseurE des espaces militant afin d’y permettre la présence de l’agresséE. Cette solution ne nous satisfait pas, une alternative doit être trouvée.

Nous encourageons la mise en place d’un cadre qui permettra qu’unE agresseurE puisse travailler sur ses actes de violence en confiance et sans jugement.
Espaces militants

Nous déplorons que toute visibilisation de violence déstabilise les espaces militants et génère un climat de défiance. La minimisation, voire la négation de la parole des agresséEs relève d’une tentative de contournement de la question politique posée collectivement. Les tentatives de retournement de situation menées par les agresseurEs sont courantes et doivent être désamorcées.

Nous souhaitons des espaces militants capables de s’interroger et traiter les violences en son sein car cela nous fait avancer dans l’élaboration de nos projets et utopies. La garantie d’espaces sûrs pour touTEs consolide nos liens et nous renforcent dans les luttes. Notre capacité à travailler toutes les questions, même les plus inconfortables, nous permet de réfléchir et contrer les mécanismes sexistes à l’œuvre dans la société et qui, forcément, nous traversent.
Bibliographie

* lave ton linge en public : http://infokiosques.net/IMG/pdf/lav...
* soutenir une survivante : http://infokiosques.net/IMG/pdf/sou...
* violences dans le couple lesbien : http://www.lecrips.net/L/doc/L5.pdf
* le consentement : http://infokiosques.net/IMG/pdf/le_...
* le site de l’association Air libre
* Textes sur les viols et les violences sexistes en milieux alternos sur le site combien de fois 4 ans

Note sur le débat

Nous cherchons à poursuivre l’élaboration sur ce sujet avec les groupes et les personnes féministes ayant une réflexion sur ce sujet. Nous publierons toutes les contributions qui précisent, contredisent, affinent et complètent les propositions de ce texte.
C’est pourquoi ce texte est ouvert à commentaires modérés à priori. Cela ne signifie pas pour autant que les Panthères roses sont d’accord avec leurs contenus et les assument mais simplement que nous jugeons que ces contributions sont utiles à la réflexion.
Nous poursuivrons notre réflexion avec ces apports pour aboutir à la rédaction d’un texte plus riche. Nous souhaitons que ce texte contribue à l’ouverture de travaux dans d’autres groupes et que des échanges aient lieu sur ce sujet.

et plusieurs nouvelles publications sur Combien de fois 4 ans (vidéos, textes, liens, etc...)http://combiendefois4ans.blogspot.com
avatar
scumgrrrl

Messages : 96
Date d'inscription : 09/12/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Combien de fois 4 ans

Message  scumgrrrl le Mar 8 Mar 2011 - 21:00

Petrichor & Geosmin c'est le nom d'un fanzine dont le numéro 0, qui vient de sortir, porte sur la thématique "pratiques militantes et rapports de domination". Dedans il y a une interview à propos du blog "Combien de fois 4 ans"



Les adresses des librairies où le fanzine est dispo seront bientôt en ligne sur le blog et ailleurs.
avatar
scumgrrrl

Messages : 96
Date d'inscription : 09/12/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Combien de fois 4 ans

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum