La sexualité et les femmes article du MFPF

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La sexualité et les femmes article du MFPF

Message  leia le Ven 4 Déc 2009 - 11:59

"Notre corps nous appartient !"

C'est avec ce slogan qu'au début des années 1970, des femmes se mobilisent dans un nouveau mouvement féministe. Leurs objectifs: le droit à la contraception et à l'avortement ainsi que la fin de l'impunité de fait du viol, le combat contre les violences conjugales, le harcèlement sexuel et la dégradation de l'image de la femme au travers de la pornographie et la publicité sexiste.
En vingt ans, des lois favorables aux femmes témoignent d'une avancée certaine des droits des femmes. Mesurons le chemin parcouru depuis le XIXe siècle.

La contraception et le droit à l'avortement, des conquêtes récentes

L'ère de la répression.

A partir de 1889, commence la diffusion de moyens contraceptifs dans les milieux populaires. En France, où se pratique pourtant depuis le XVIIIe siècle un malthusianisme bourgeois unique en Europe, la préoccupation nataliste est importante. Dans le contexte revanchard de la défaite de 1870, il faut à la patrie des familles nombreuses. Par ailleurs, l'influence de l'Église, hostile à toute pratique antinaturelle est puissante. Les néo-malthusiens sont traînés dans la boue, leur action assimilée à la pornographie, tandis qu'aux Pays-Bas ils sont reconnus d'utilité publique. La contraception représente un double enjeu : la maîtrise de la population et une liberté nouvelle pour les femmes, toutes deux inacceptables pour la société française jusqu'au milieu du XXème siècle.

En 1920, la loi assimile la contraception à l'avortement. Toute propagande anticonceptionnelle est interdite. Le crime d'avortement est passible de la cour d'Assises. En 1923, l'importation d'articles anticonceptionnels est prohibée. L'avortement est jugé en Correctionnelle, les jurys populaires se montrant trop favorables aux inculpés. La loi de 1939, qui promulgue le Code de la famille, renforce la répression. Des sections spéciales de policiers sont créées. Les tentatives sont punies comme les avortements. Les avorteurs sont très sévèrement condamnés. En 1941, ils peuvent être déférés devant le tribunal d'État. En 1942, l'avortement. devient crime d'Etat. Pour l'exemple, une avorteuse est condamnée à mort et guillotinée en 1943. Plus de 15 000 condamnations à des peines diverses sont prononcées jusqu'à la Libération.
Celle-ci ne remet pas en question l'arsenal législatif répressif, avec son corollaire de décès ou de mutilations provoqués par les avortements clandestins. Les procès existent encore contre les avortées et leurs complices jusqu'aux années 1970. Toutefois, avocats et juges n'appliquent plus la loi dans toute sa rigueur.

Une exigence de liberté confirmée tardivement par la loi.

Nouvelle étape dans l'affirmation de l'individualité féminine : les femmes peuvent choisir de s'affranchir de la fatalité de la grossesse par des moyens fiables.

"Il ne faut pas ignorer, ni vous, ni vos compagnes de souffrance que la science vous a émancipées de l'épouvantable fatalité d'être mère.", écrit Paul Robin en 1900.

Quand les néo-malthusiens parlent d'émancipation, ils introduisent une notion alors inacceptable. Les femmes peuvent choisir d'avoir peu ou pas d'enfants sans toutefois renoncer à une vie sexuelle. Le plaisir sans le risque ! C'est la fin de la morale, la fin de la famille dont la procréation est la finalité, la fin du pouvoir du mari sur sa femme.

En appelant à la "grève des ventres", la féministe Marie Huot souligne l'importance du pouvoir que confère aux femmes cette nouvelle possibilité. De ce pouvoir, pas plus que de plaisir féminin, il ne saurait alors être question, même chez la plus grande majorité des féministes, dans le mouvement, seules Madeleine Pelletier et Nelly Roussel apportent une note discordante.

Le combat des pionniers est repris dans l'entre-deux-guerres par quelques médecins et militants progressistes. En 1935, le docteur Jean Dalsace ouvre illégalement à Suresnes le premier dispensaire de Birth Control. Après la Seconde Guerre mondiale, une politique d'incitation familiale se substitue à la répression. Reprise de l'action militante puis forte mobilisation féminine des années 1970 vont faire évoluer la législation française de la répression vers une relative liberté.

En 1955, l'avortement thérapeutique est autorisé pour "sauver la vie de la mère". Les médecins peuvent ne pas le pratiquer. A cette époque, quelques médecins et législateurs, relayés par des journalistes et essayistes, tentent d'adoucir les rigueurs de la loi française. Le Docteur
Marie-Andrée Lagroua Weill-Hallé fonde en 1956 "la Maternité heureuse" qui devient le Mouvement français pour le planning familial en 1960. Destinés à informer sur les moyens anticonceptionnels, les centres de planning proposent des consultations médicales et délivrent des contraceptifs. Ils sont hors la loi mais créent un état de fait. L'appui du mouvement
protestant , de la franc-maçonnerie et des milieux libéraux favorise une timide prise de conscience. En 1965, des Prix Nobel se prononcent pour la contraception. Mais deux grandes forces politico-sociales, l'Église et le Parti communiste français, s'opposent à la libéralisation.

En 1956, des propositions de loi libérales sont rejetées. En 1961, le MFPF ouvre à Grenoble le premier centre d'accueil au public. En 1963, il a 16 000 adhérents. Entre temps, en 1955, aux États-Unis, le Dr Gregory Pincus a mis au point un contraceptif oral, la pilule. Son innocuité est établie par un Conseil de sages en 1966. En 1967, le député Lucien Neuwirth fait voter une loi qui autorise l'usage de contraceptifs. Il reste interdit d'en faire la publicité. Après mai 1968, la loi tente de suivre l'évolution des moeurs sans perdre son souci de contrôle. L'éducation sexuelle est désormais au programme des collèges et des lycées. En 1972, des centres (médicalisés) de planification ou d'éducation familiale sont créés, ainsi que des établissements d'information, de consultation ou de conseil familial. L'année suivante voit la fondation du conseil supérieur de l'information sexuelle, de la régulation des naissances et de l'éducation familiale.
La libéralisation s'accentue. En 1974, la pilule et le stérilet sont remboursés. La contraception est gratuite et délivrée anonymement aux mineures dans les centres de planification.

En 1975, après un combat mené par des associations féministes, une mobilisation féminine sans précédent et les efforts du ministre de la Santé, Simone Veil, l'avortement ou Interruption Volontaire de Grossesse (IVG), est autorisé sous certaines conditions. Le débat fut houleux à l'Assemblée nationale et la loi est votée pour 5 ans. Elle devient définitive en 1979. Les médecins peuvent cependant invoquer la clause de conscience pour refuser de pratiquer un avortement. La Sécurité sociale rembourse l'IVG à partir de 1982. Les progrès scientifiques sont rapidement pris en compte par la loi. Le RU486 (IVG médicamenteuse) peut être utilisé dans les centres d'interruption volontaire de grossesse dès 1990. La publicité relative aux préservatifs et aux autres contraceptifs n'est cependant autorisée qu'en 1991 et dans certaines conditions.

Les françaises ont désormais les moyens légaux et médicaux de décider d'avoir ou non des enfants. Cette liberté est toutefois remise en question par des commandos chrétiens extrémistes qui, à l'instar de groupes américains, attaquent des centres qui pratiquent des IVG.
Une loi de 1993 permet désormais de poursuivre les auteurs de ces actions.
avatar
leia
Membre du torchon brûle 87

Messages : 169
Date d'inscription : 27/11/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum