Menaces sur l'accès à l'avortement

Aller en bas

Menaces sur l'accès à l'avortement

Message  Pti'Mat le Ven 4 Déc 2009 - 10:53

http://collectifdroitsdesfemmes.org/spip.php?article196

Sexualité, contraception, avortement, mon choix, un droit, notre liberté !
Menaces sur l’accès à l’avortement
PÉTITION EN DÉFENSE DES STRUCTURES IVG


lundi 16 novembre 2009 par Suzy

* Ancic (Association nationale des centres d’interruption de grossesse et de contraception)

* Cadac (Coordination des associations pour le droit à l’avortement et à la contraception)

* Le Planning Familial

La loi Bachelot « Hôpital Patient Santé Territoire » accélère la logique de rentabilité à l’hôpital.

Elle impose aux établissements hospitaliers restructurations, fusions, regroupements... Son objectif : diminuer les dépenses à tout prix, travailler plus avec moins de personnel..."

Cette politique signifie le démantèlement des structures qui pratiquent les interruptions volontaires de grossesse. Rien n’a été fait pour le maintien de cette activité malgré les affirmations contraires des pouvoirs publics.

Il s’agit d’une atteinte grave à l’obligation d’organiser l’offre de soin en matière d’avortement à l’hôpital public, une remise en question de la qualité des soins. Délais d’attente importants, refus de la prise en charge en particulier des mineures et des étrangères sans papiers, quota d’IVG, sectorisation et fermetures de structures sont la traduction concrète de cette politique pour les usagères.

Ce processus de dégradation répond autant à des objectifs idéologiques qu’économiques. C’est la liberté des femmes de décider d’avoir ou non des enfants qui est remise en cause.

Parce que l’avortement est un droit humain fondamental, nous demandons le maintien des structures existantes et l’ouverture de nouveaux lieux dédiés à l’avortement, pour une véritable égalité d’accès pour toutes par une offre de proximité partout en France


Pour signer cette pétition, aller sur le lien :
http://orta.dynalias.org/petition-structures-ivg
avatar
Pti'Mat
Membre du torchon brûle 87

Messages : 68
Date d'inscription : 03/12/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://cnt87.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Menaces sur l'accès à l'avortement

Message  Pti'Mat le Ven 4 Déc 2009 - 10:54

Le démantèlement de l’hôpital public menace le droit à l’avortement

lundi 19 octobre 2009 par Suzy
Alors que les délais d’attente pour avorter en Ile-de-France sont déjà de trois semaines et que plus de la moitié des Interruptions Volontaires de Grossesse (IVG) en Ile-de-France sont réalisées par le secteur privé qui ne respecte pas toujours les tarifs réglementaires et refuse parfois de prendre en charge les mineures ou les étrangères sans papiers, l’Assistance Publique des Hôpitaux de Paris (AP-HP) ferme trois structures IVG.

Depuis le mois de mai 2009, les CIVG des hôpitaux Jean Rostand, Tenon et Broussais ont cessé d’accueillir les femmes. Le centre d’IVG de l’hôpital Avicenne fermera bientôt. Ces quatre structures réalisaient environ 2800 IVG, sur les 12 000 pratiquées chaque année à l’AP-HP en Ile-de-France.

La direction de l’AP-HP assure le maintien de cette pratique : les femmes qui étaient accueillies par Tenon le seront dorénavant par l’hôpital Saint-Antoine (en attendant la fermeture annoncée de la maternité de Saint-Antoine et le transfert sur Trousseau de son activité IVG), celles qui étaient prises en charge par Jean Rostand le seront désormais par Bicêtre, l’activité IVG d’Avicenne sera transférée sur l’hôpital Jean Verdier et le centre d’IVG de Broussais déménagera dans quelques mois à Tarnier. Ces grandes manoeuvres et ces fusions de services sont sup- perposables aux autres restructurations orchestrées par l’AP-HP dans d’autres domaines.

L’AP-HP poursuit son obsession : faire des « économies d’échelle », c’est-à-dire à faire faire le même travail par moins de monde, et en profiter pour supprimer des postes.

Elle supprime ainsi les centres d’IVG autonomes (produits de la lutte et de la pratique du Mouvement pour la Liberté de l’Avortement et de la Contraception) et les unités fonctionnelles d’IVG dont les personnels et les locaux sont dédiés à cette activité. Il s’agit de les noyer dans les services de gynécologie-obstétrique où l’IVG , non rentable,est loin d’être une activité prioritaire et d’en finir ainsi avec des équipes militantes et motivées. Ce processus de normalisation répond donc à des objectifs économiques autant qu’idéologiques.

Un des résultats de cette politique de démantèlement du service public de santé est que la situation actuelle de l’avortement à l’hôpital public correspond à un recul grave par rapport à l’obligation hospitalière incluse dans la loi de 1979, qui impose à chaque hôpital public de créer une structure pour pratiquer les IVG, y compris en cas d’opposition du chef de service de gynécologie.

Nous refusons cette politique.

Pour que le droit à l’avortement ne soit pas un article de loi sans contenu ni garantie, mais un droit réel accessible à toutes...

Pour la défense de l’hôpital public et de ses structures IVG autonomes (en termes de personnel, de budget et de direction)...

Pour la création d’autres structures dédiées à l’IVG dans les hôpitaux où elles n’existent pas...

Pour les droits des femmes, pour leur liberté, pour leur autonomie...
avatar
Pti'Mat
Membre du torchon brûle 87

Messages : 68
Date d'inscription : 03/12/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://cnt87.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Menaces sur l'accès à l'avortement

Message  Pti'Mat le Ven 4 Déc 2009 - 10:54

"La sexualité des jeunes femmes reste un tabou"

La polémique autour du "pass contraception" est riche d'enseignement, selon Marie-Pierre Martinet, du planning familial: tandis que les préservatifs masculins sont distribués en masse, "on invoque aussitôt l'autorité parentale" dès qu'il s'agit de contraception des jeunes femmes.

Le ministre de l'Education nationale a estimé, pour s'opposer au "pass contraception " voulu par Ségolène Royal, que "l'éducation n'a pas à se substituer au planning familial". Quelle est votre position ?

- Le "pass contraception" ne se substitue pas au Planning familial pour la simple et bonne raison qu'il n'y a pas de prescription médicale, mais qu'il contient des bons pour une visite chez le médecin ou un gynécologue. Nous trouvons ce dispositif intéressant car il est complémentaire de l'action du planning familial. Il n'y a pas de centre de planification partout. Cela permet donc aux mineurs les plus éloignés sur le territoire d'avoir accès à la contraception, en comblant un maillage territorial insuffisant.
La réserve que nous pouvons exprimer, c'est que le "pass contraception" contient, outre des préservatifs masculins et féminins, des bons pour des contraceptifs oraux. Mais est-ce que la pilule est le meilleur moyen de contraception pour une jeune fille qui débute tout juste une vie sexuelle? Pas nécessairement. Il ne faut pas négliger les autres moyens de contraception : stérilet, diaphragme, implant, anneau vaginal… Car une contraception efficace est une contraception choisie.

Ministre et rectorat invoquent des arguments juridiques. Pour Luc Chatel, le planning familial est "seul autorisé à prescrire des contraceptifs à un enfant mineur".

- Ce que dit le ministre est grave dans la non-information. Car la loi autorise la prescription de contraceptifs à des mineurs sans que les parents en soient informés. Les médecins et les sages-femmes pour certains contraceptifs et dans certaines conditions , sont habilités. Or, c'est aussi la mission de l'Education nationale d'informer sur la contraception. L'éducation à la sexualité, ce n'est pas seulement mettre des distributeurs de préservatifs dans les lycées !
L'enjeu porte sur la gratuité et sur l'anonymat. Une jeune fille qui souhaite prendre un contraceptif sans en parler à ses parents peut se rendre chez son médecin, mais alors sa visite apparaît sur le relevé de carte vitale de ses parents et elle doit payer sa visite.

Au final, le rectorat bloque la distribution des "pass contraception" en invoquant également des raisons "morales".

- Ce que montre ce débat, c'est la difficulté de notre société à reconnaître la sexualité des jeunes femmes, qui reste un tabou. Cet opprobre public met les jeunes femmes en situation de culpabilité. Cela n'aide pas les jeunes à se construire dans leur identité, y compris sexuelle.
Ce qui est fou, c'est que les pouvoirs publics distribuent massivement des préservatifs masculins. Là, il n'y a pas de problème. Mais dès lors que l'on parle de la contraception des filles, on invoque aussitôt l'autorité parentale. Cette position relève de la maitrise de la sexualité des filles, comme si elles n'étaient pas capables d'être responsables…
Quand on connaît la tension croissante des relations filles-garçons, il est très important que ce ne soit pas toujours le garçon qui ait la maitrise de la contraception. Les filles doivent avoir la maitrise de leur contraception pour ne pas devenir les victimes de l'éventuel refus par un garçon de mettre un préservatif. On en revient à la question du rapport de domination hommes-femmes. Il faut absolument donner aux jeunes filles les moyens de se préserver, y compris des infections sexuellement transmissibles et du sida.
Pour cela, il est important de parler de contraception de manière simple, sans dramatiser.

Propos de Marie-Pierre Martinet, secrétaire générale du planning familial, recueillis par Baptiste Legrand le mardi 17 novembre (Nouvelobs.com)
avatar
Pti'Mat
Membre du torchon brûle 87

Messages : 68
Date d'inscription : 03/12/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://cnt87.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Menaces sur l'accès à l'avortement

Message  Pti'Mat le Ven 4 Déc 2009 - 10:55

http://rebellyon.info/Centre-IVG-de-l-H ... u-une.html

Centre IVG de l’Hôtel-Dieu : une première victoire. Et après ? Et ailleurs ?

Publié vendredi 4 décembre 2009

Avec 2200 IVG réalisées chaque année, le centre d’orthogénie de l’Hôtel- Dieu était le plus important de l’agglomération lyonnaise : l’annonce de sa fermeture pour 2010 a suscité de grandes inquiétudes au sein de la population concernant la capacité d’accueil en matière d’IVG et la qualité de l’accompagnement pour les femmes. Le collectif de défense de l’IVG à Lyon, en lien avec le personnel du centre, s’est mobilisé depuis plusieurs mois afin que la restructuration hospitalière prévue ne se fasse pas au détriment des femmes.

En octobre 2009, la direction des HCL a annoncé le transfert du centre de l’Hôtel-Dieu vers l’hôpital Edouard Herriot, comme le demandait le collectif. Toutefois il ne faut pas en rester là car il faut veiller aux conditions dans lesquelles se fera ce transfert :
- Il reste une incertitude quant à la possibilité de réaliser des anesthésies générales, et de faire des IVG entre 12 et 14 semaines.
- On ne connait pas encore la localisation du centre de planification, qui doit également quitter l’Hôtel-Dieu.
- Les autres centres IVG de la région lyonnaise doivent faire face à des manques d’effectifs et à des problèmes de fonctionnement qui rendent parfois difficile l’accès à l’IVG.

Surtout, cette fermeture d’un service au nom du déficit budgétaire de l’Hôpital Public n’est qu’un épisode parmi d’autres d’un mouvement plus vaste de restructurations hospitalières. La logique de rentabilité imposée à l’Hôpital se traduit par des regroupements de services, des fermetures d’unités, pour faire des économies de moyens et de personnel. Ces restructurations menacent aujourd’hui, en France, l’accès à l’IVG. En Ile de France, 4 centres sont fermés ou sur le point de l’être. Des personnels sont en grève, des collectifs unitaires se créent pour dénoncer ce démantèlement des services de proximité. Très concrètement, en région parisienne, les délais pour obtenir un rendez-vous en vue d’une interruption de grossesse atteignent 3 semaines, les mineures et les personnes étrangères sans papiers se heurtent à des refus de prise en charge, les femmes de plus en plus contraintes de s’adresser au secteur privé doivent payer des dépassements d’honoraires au mépris de la loi.

Ce sont donc à la fois l’égalité d’accès aux soins de santé et le droit fondamental de choisir d’avoir ou non un enfant qui sont remis en cause par cette gestion libérale de la Santé.

Le collectif de défense de l’IVG à Lyon regroupe des associations féministes, des syndicats, des groupes politiques, ainsi que les professionnel-le-s du centre IVG de l’Hôtel- Dieu (CMCO-HD). Il s’est constitué en mai 2009, suite à l’annonce de la fermeture du centre IVG de l’Hôtel-Dieu. Ses principales revendications sont : – La garantie du nombre de places d’IVG. – Un établissement hospitalier facilement accessible. – Le maintien d’une équipe formée et motivée, pour un accompagnement de qualité. – L’autonomie de fonctionnement du centre. La mobilisation de ce collectif a pris de multiples formes : pétitions, manifestations, lettres aux élu-e-s, communiqués de presse, réalisation d’un argumentaire, rencontre avec les institutions… Elle continue aujourd’hui pour améliorer l’accès à l’IVG à Lyon.



Pour aborder toutes ces questions et préparer les luttes à venir,

Le Collectif de Défense de l’IVG à Lyon vous invite à une
Soirée-débat le 10 décembre 2009, à 18h30

Au Centre Culturel et de la Vie Associative de Villeurbanne, 234 Cours Emile Zola, 69100 Villeurbanne. (Métro Flachet)

- Des membres du CMCO-HD (Collectif pour le Maintien du Centre d’Orthogénie de l’Hôtel-Dieu), et des représentant-e-s des syndicats CGT et Sud-Santé feront le point sur la situation lyonnaise,
- Une représentante du CNDF (Collectif National pour les Droits des Femmes) évoquera les fermetures de centres IVG dans la région parisienne,
- Un médecin praticien de l’IVG présentera les luttes qu’a connues l’hôpital de Grenoble pour le maintien de l’autonomie de son centre IVG.

Et parce que le succès d’une lutte, ça se fête ! (et pour prendre des forces pour les prochaines !)
La discussion sera suivie d’un pot de soutien.
avatar
Pti'Mat
Membre du torchon brûle 87

Messages : 68
Date d'inscription : 03/12/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://cnt87.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Menaces sur l'accès à l'avortement

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum